29 mai 2013

IG dég : la mort annoncée d'Ig mag.

igmag

Bon depuis ce week end et l'annonce de l'arrêt d' IG magazine en juillet, ça chiale quand même pas mal sur le net.

Perso ce n'est pas un mag que je vais regretter, effectivement c'est triste de voir un mag disparaitre, surtout pour les rédacteurs, mais ce n'est clairement pas une surprise vu la politique éditoriale le " cul entre deux chaises " adoptée : trop d'approximations pour le connaisseur et trop de trucs underground pour le kikoufifacallof.

En effet, on ne sait pas trop à qui s'adresse le mag, ciblé gamer il propose des sujets souvent attirants pour le rétro addict que je suis mais ces dossiers se révèlent trop courts, trop superficiels, trop approximatifs et souvent trompeurs vu que l'on peut y relever des erreurs.

Quelques exemples :

igmag

-dans le hs6 dédié à l'histoire de Sega, on peut y lire que Frogger est une production de la firme au logo bleu (faux, c'est un jeu Konami), on nous dit que dans le line up japonais de la dreamcast il y avait Sonic adventure (faux, le jeu sortira un bon mois après la console), que le modem de la DC est un 56k (en partie vrai, c'est seulement le cas aux Etats unis, pour la france et le japon c'est du 33k) ou encore que Sturmwind, le dernier jeu actuel de la dame blanche de Sega, serait sorti en 2012 (faux il est sorti il y a une quinzaine de jours, en 2013 donc).

igmag

-dans le numéro 15, interview de Ikeda de chez Cave, voici comment l'auteur de l'article décrit le genre danmaku  "Réflexe et mémoire sont indispensables pour finir un niveau plusieurs fois avant de connaitre presque par coeur les trajectoires ennemies et les éviter.", ça ne veut rien dire.

De plus parfois les réponses de Ikeda semblent être passées par google traduction. A la question déjà obscure " pourquoi ne faites vous pas de portage de titre comme Ketsui qui était sur Ps2 ", on a le droit en réponse à un " Faire juste Arika n'est pas intéressant". Je pense que l'auteur ne savait pas que Arika n'est pas un jeu mais une boite qui s'est occupé de portage de jeu Cave sur Ps2...

Vous le voyez, le joueur un peu éclairé relèvera vite ce genre d'erreurs donc il sera forcément déçu et finira par passer son chemin.

Ce fut mon cas, je crois avoir acheté de souvenir les 6 premiers avant de totalement lâcher l'affaire à cause de dossiers rétro approximatifs, de tests copiés/collés de Gameblague (sans intérêt donc), d'absence d'actus (la faute à la rapidité du net ? Soit mais ça n'empèche pas de revenir dessus avec le recul qu'offre la presse écrite)...

Il n'y a guère que les numéros hors séries que j'achètent encore même si souvent, encore une fois, j'y relève des absurdités (confondre Jill Valentine et Claire Redfield dans celui dédié à Resident evil).

Alors oui, Ig mag est le moins pire de ce que propose la presse vidéoludique d'aujourd'hui, mais ça n'en fait pas pour autant quelque chose de bon.

Donc voilà quoi, oui c'est pas cool de perdre un mag (et pas un mook, même si IG mag a pas mal joué sur la confusion au début) mais la rédaction a clairement une responsabilité là dedans, les critiques formulées ici ont été signalé très vite après l'arrivée du mag, jamais IG mag ne s'est remis en cause sur ces points, les lecteurs de la première heure ont donc arrété d'investir leur 8,5E préfèrant investir dans du Pix'n love par exemple, c'est dommage car avec sa disparition on aura plus aucun mag de jeu qui parle (un peu) d'import.

Et ça, ça fait mal.

Posté par max faraday à 01:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur IG dég : la mort annoncée d'Ig mag.

Nouveau commentaire